Intervenant : Gaël Lamoury – Délégué Général BOISLIM

Gaël Lamoury : « BOISLIM c’est l’interprofession de l’ex région Limousin qui fait désormais partie depuis la réforme territoriale de la nouvelle aquitaine. Nous sommes encore BOISLIM mais allons devenir Fibois  d’ici quelques mois. Sur le territoire du Limousin, il y a beaucoup de Douglas. En effet, on a la ressource et les entreprises qui la transforme. En Limousin on a 1/3 de résineux sur les 550 000  hectares de forêt limousine et le Douglas est la principale essence avec à peu près la moitié des résineux et on a à peu près 80 scieries. 

Le Douglas va être un argument dans la prescription. C’est notre essence résineuse locale pricipale. Quand on va convaincre la maîtrise d’ouvrage de construire en bois, l’argument de l’essence locale qui est apte à servir de ressource pour la construction est un argument qui porte souvent puisqu’il est local et donc ne va pas être transporté d’une autre région ou d’un autre pays et être transformé localement et généré des emplois. Puis, les qualités techniques. C’est une essence qui peut servir de base structure, revêtement… On a un panel qui permet de convaincre facilement la maîtrise d’ouvrage. 

Afin de rendre acceptable qu’il faille à un moment couper le bois, il faut effectuer beaucoup de travail de pédagogie, d’information sur le terrain auprès du grand public, des jeunes, élus avec les communes forestières notamment. On utilise des outils de communication pour relayer l’information et comprendre pourquoi on coupe. »