Les différentes études ou projets suivis par l’ADEME, sur les compteurs Linky pour l’électricité, et Gazpar pour le gaz, montrent que l’accès à une information plus précise est une opportunité pour les consommateurs de mieux connaître, comprendre et potentiellement agir pour réduire leur consommation d’énergie, à travers différents gestes sur le chauffage, l’eau-chaude, la cuisson, les équipements électroménagers (petits gestes au quotidien, choix d’équipements moins énergivores, décision d’isoler son logement…). Les expériences suivies par l’ADEME montrent que ces économies peuvent aller de quelques pourcent jusqu’à 10% pour les plus gros consommateurs, mais dépendent fortement des conditions d’accompagnement des ménages.

A propos des ondes

Pour transférer ses données de comptage, un compteur communicant électrique n’utilise pas d’ondes radio mais directement le câble et le courant électrique (technologie dite des « Courants Porteurs en Ligne » – CPL), et le compteur communicant gaz un signal radio proche des bandes FM. Les campagnes de mesure réalisées par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) sur différents équipements d’un logement ont montré que les niveaux mesurés d’exposition aux ondes des compteurs communicants sont faibles, comparables à ceux mesurés pour les différents équipements électriques ou électroniques domestiques (ils sont par exemple 30 à 300 fois inférieur à certains tels que les plaques de cuisson électriques, ou les micro-ondes…), et très inférieurs aux valeurs limites réglementaires. Ceci confirme les conclusions de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).